Introduction de l’Acte 3

L’Acte 3 est un projet d’étude qui se divise en 3 axes.

-Une étude universitaire quantitative dirigée et réalisée par l’ULIEGE dans le cadre d’une association entre : La Maison des Sciences de l’Homme (MSH) et le Centre d’Étude et de Recherches sur le Théâtre dans l’Espace social (CERTES, UR Traverses), avec le soutien de l’Institut de Recherche en Sciences Sociales.

-Une étude complémentaire réalisée par la Chaufferie-Acte1 (LCA1)

-Une étude universitaire exploratoire sur les problématiques intersectionnelles dirigée et réalisée par Jacinthe Mazzocchetti de l’UCL. Ce troisième acte est conçu en vu du développement du projet Acte 4 entièrement dédié aux questions de genre et diversité.

Nous nous permettons ici en guise de préambule et de recommandation d’ajouter des extraits de la note de synthèse de l’ULiège comme introduction à ce projet:

“Dans un premier temps, la photographie du paysage des arts de la scène que nous proposons n’est que le reflet partiel de la réalité à laquelle des femmes et des hommes se confrontent chaque jour.

Partiel parce que derrière les chiffres présentés se trouvent des joies et des
tristesses, des sentiments d’injustice mais également de fierté et de mérite, des réussites et des échecs, du travail, des créations, des combats engagés, de l’espoir… des vies. Ces histoires ne se traduisent pas en chiffres, en répartitions, en proportions. Il faut donc garder à l’esprit que derrière des écarts de mesure «femmes-hommes », qu’ils soient de 5, 10, 15, 30%, se trouvent une multitude de vies impactées, parfois épuisées d’avoir le sentiment d’être toujours du mauvais côté d’une balance inégalitaire. Ce rappel nous semble d’autant plus important durant cette période de crise sanitaire COVID-19 frappant de plein fouet un monde (en partie) à l’arrêt et qui ne fait que souligner des inégalités déjà existantes qui se creusent d’autant plus en période de crise.(…)

Sans être exhaustif.ve.s, nous désirons revenir sur les trois principales limites qui le circonscrivent. D’une part, les données présentées sont, la plupart du temps, issues d’une logique binaire « femmes-hommes », gommant toutes les réalités de genre (genderfluid, queer, non-binaire,…) présentes au sein de notre société. D’autre part, nous n’avons pas eu accès à toutes les données demandées. Des données budgétaires, relatives à l’emploi et/ou à l’enseignement, n’ont pu être obtenues, empêchant parfois la possibilité de comparer des données au sein d’un même chapitre de notre travail. (…)


« si ça n’a pas été documenté, l’inégalité ne peut être avérée ». Cette courte formule cristallise tout l’enjeu qui émerge de la construction de bases de données, première étape de notre travail afin de pouvoir rendre compte de la place des femmes, et du déséquilibre entre femmes et hommes, le cas échéant, dans les principaux secteurs étudiés, à savoir ceux de la Division Organique 21 (en dehors des musiques classique et non classique) et de l’Enseignement Supérieur des Arts. ”



Cette étude s’est déroulée de Septembre 2019 à septembre 2020.